Mon histoire avec le journal personnel (1ère partie)

Mon histoire avec le journal personnel (1ère partie)

Adolescente, au Pays Basque, j’ai tenu ce que beaucoup appellent un journal intime, c’était un petit carnet que j’écrivais dans mon lit, seule dans ma chambre, des pattes de mouches qui étaient mon écriture de l’époque (dis-donc t’as pas beaucoup progressé là-dessus !?! )

A propos de quoi et comment j’écrivais ?

Principalement sur mes nouvelles vies naissantes à la fois sentimentales et amicales, aucune place pour la scolarité, les profs, les cours.

Je reconstituais des scènes, notais les dialogues, revivais mes émotions, ça enrichissait ma vie de jeune fille élevée  quasiment en fille unique loin de mes frère et sœur internes et passant de longs moments seule à la maison.
Mon journal restait sous mon matelas.

Et puis un jour, je me prends comme une gifle, une réflexion de ma mère sur un sujet dont je ne vois pas comment elle aurait pu avoir connaissance autrement qu’en lisant mon journal.
Mon souvenir est assez flou, je ne sais pas si elle a confirmé qu’elle avait lu mon journal, je ne sais même plus si je lui ai posé la question, toujours est-il que j’ai stoppé net l’écriture de mon journal.

Lorsque j’ai réalisé que je me privais d’un ami présent tous les jours à mes côtés, j’ai repris l’écriture en me disant que certes, je n’avais pas envie de tout raconter à ma mère, que je voulais garder mon jardin secret mais que finalement il n’y avait rien que je veuille lui cacher coûte que coûte et que donc si elle découvrait quelque chose, c’était acceptable pour moi.
Je ne crois pas qu’elle ait lu mon journal à nouveau.

Mi 2012, lors d’une formation aux outils PNL, j’ai travaillé sur ma relation avec ma mère, l’incident du journal est revenu à la surface et étant moi-même mère d’adolescents, j’ai compris le comportement de ma mère, je me suis dit qu’elle avait vraiment agi au mieux de ses capacités de communication à elle à ce moment-là. Je me suis sentie plus proche de ma mère et j’ai osé lui poser une question qui me turlupinait depuis longtemps, j’ai reçu comme réponse des mots magnifiques.

Merci mon journal, mon ami!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *